Chronologie d’une renaissance

image_pdfimage_print

1826 : L’historien Du Mège donne une description catastrophique du monastère : « L’état de ruine et d’abandon de l’église de Lagrasse est effrayant ; déjà ses colonnes, renversées, sont cachées sous l’herbe ; des lichens en recouvrent les chapiteaux ; des arbustes fleurissent sur les murs entr’ouverts… »

Les façades Est de l'abbaye

Source : M. J. Alquier

Le baron Taylor, dans une lettre du 13 septembre 1839 adressée au secrétaire de la commission archéologique de Narbonne évoque les ruines du monument. «  Veuillez me rendre un service, ayez la complaisance de faire une course pour moi jusqu’à l’abbaye de la grasse, dessinez ce qui reste et communiquez-moi par une note sur ce monastère et ses ruines….»

Première moitié du XIXe  siècle : les édifices sont en grande partie inoccupés et en fort mauvais état. Les termites ont ravagé les toitures, laissant le monastère en grande partie à ciel ouvert, et ce durant presque un siècle, exposant les bâtiments et les décors peints et sculptés aux intempéries.

  • 1923 : 1erclassement au titre des monuments historiques, complété en 1932 et 1958.
  • 1932 : restauration de la toiture du dortoir médiéval.
  • 1946 : restauration de la charpente de la chapelle.
  • 1980 : aménagement du cellier et de la boulangerie afin de les utiliser comme salles des fêtes intercommunales.
  • 2004 : le Département de l’Aude acquiert la part abbatiale du monastère et s’engage dans un vaste programme de réhabilitation et de valorisation des bâtiments.

 

  • 2005-2011 : 

    • Première campagne de travaux Monuments Historiques (M.H.) portant sur le transept Nord, la chapelle de l’abbé et l’aile Ouest de la cour de l’abbé.
    • Travaux d’aménagement en vue de l’installation de l’association le Marque Page.
    • Deuxième campagne de travaux M.H. portant sur le clos et le couvert de l’ensemble du monument.
  • 2015-2016 : restauration des vestibules de la chapelle basse et de la chapelle haute.
  • 2018 : restauration de la chapelle de l’abbé Auger. Réalisation de la nouvelle muséographie.